dimanche 11 juin 2017

C'est ma politique - Les Elections Législatives 2017 : l'asbtention en tête


Bonjour à tous !


Aujourd’hui, ce sont les élections législatives. Vu le chiffre impressionnant d’abstentionnistes – 50% à l’heure à laquelle j’écris, j’allais écrire un post en engueulant ceux qui ne considèrent pas comme une chance voire même, un devoir, de pouvoir s’exprimer dans une société aussi cosmopolite que la nôtre.

J’allais souligner l’importance cruciale et le rôle déterminant de l’Assemblée Nationale dans la Vème République. En effet, elle peut être à la fois une aide pour la mise en œuvre de la politique générale prévue par le Président de la République et mise en place par le Premier ministre ; elle peut aussi la tempérer ; ou encore s’y opposer.


La soirée commençait plutôt bien. Je m’installe devant la télé avec des Palmito, j’allume le poste pour voir les résultats. Ma première réflexion a été à la hauteur du raz-de-marée violet qui s’affichait : «  putain, quelle branlée pour tous les partis ! ». A l’issue de ce premier tour, je pense que mon analyse est assez proche de la réalité. 


Cependant, tout le monde ne pense pas comme moi. Et ayant plutôt une inclination à la contradiction (en gros, ça veut dire que j’aime les débats d’idées), j’aurais dû m’en réjouir. Mais ce qui fait le plaisir de discuter avec quelqu’un, outre son intelligence et la pertinence de ces arguments, c’est aussi sa bonne foi.


Or, la première analyse que j’entends, celle d’Alexis Corbière, porte-parole de FI réunissant 11 % de suffrages exprimés, était de proclamer que son parti devenait le premier parti de l’opposition. Donc, FI est arrivé en quatrième position derrière LR et e FN.  Mec, si t’es arrivé 4ème, t’étais pas à deux doigts de gagner ; t’es pas non plus le rival du premier. Mais, vu qu’il a l’habitude d’exagérer, ce n’est même pas surprenant. 

De plus, j’entends Julien Dray,  accuser Mounir Mahjoubi d’avoir assassiné le PS. Mec, que ce soit Macron, Mahjoubi, ou je-ne-sais-qui qui fut au PS et qui a rejoint LREM, ce ne sont pas eux qui ont achevé le PS. Le boulot a été commencé il y a longtemps. Il a été parachevé par Hamon qui n’a pas su proposer un programme suffisamment fort pour qu’il intéresse les Français.
Je pense que je pourrais étayer cet article plus amplement au fur et à mesure des jours à venir avec bon nombre d’exemples.


Pour finir, on peut citer Cambadelis, PS aussi qui explique sa défaite par la captation de ses voix par les dangereux écologistes qui "étaient là pour ça" selon lui. Moins crédible que ça, tu meurs.

Edit : Si vous perdez, vous pouvez aussi faire comme Henri Guaino, LR, et insulter les électeurs. C'est bien connu, taper quelqu'un le rend plus enclin à aller vers vous. 

Même si, dans le fond, je ne les blâme pas. C’est toujours difficile de se remettre en cause dans la défaite. Alors soit un est dans le déni, comme Alexis Corbière, soit on rejette la faute sur les autres, comme Julien Dray. Il n’y a rien de plus humain.
Toutefois, quand je vois la difficulté de nos représentants politique à faire leur autocritique ou lorsqu’il faut faire une analyse un tant soit peu objective et dans l’intérêt des autres, je comprends l’abstention. 


Malgré tout, l’Assemblée Nationale reste une institution importante. C’est ici qu’on discute et vote les lois – en étroite relation avec le Sénat. C’est le cœur du débat démocratique. Il ne faut surtout pas confondre République et Démocratie. Cette dernière s’exprime quasiment exclusivement au sein de cette enceinte. Au final, je pense que l’élection législative comporte plus d’enjeux que l’élection présidentielle.
On a une vision beaucoup trop présidentielle de notre régime politique. Ce qui est logique car historiquement, c’est un homme, de Gaulle, qui symbolise notre République et car il est beaucoup plus facile de s’identifier à une personne plutôt qu’à 577. Mais ce sont les deux faces indissociables d’une même pièce de monnaie.

Je pourrais continuer à vous présenter en long, en large et en travers les raisons pour lesquelles l’AN est importante. Je vais citer la principale : elle est le lieu où changent les mentalités. L’AN a permis l’abolition de la peine de mort (contre l’avis populaire à l’époque), le mariage pour tous malgré l’agitation dans les rues - liste non exhaustive. Cette enceinte doit permettre un débat sain, serein et constructif dans l’intérêt du peuple.


Mais si ceux qui briguent ce mandat ô combien crucial dans la vie politique continuent à se comporter comme des cons, on va pas forcément avancer droit !



J’ai l’habitude de croire que ceux qui se taisent ont forcément tort. Bizarrement, pour cette fois, je ne suis pas sûr de cette maxime. Je vois ça comme une lassitude, une perte de repère, une envie d’autre chose ; pas tant sur le plan des institutions (je vois venir ceux qui prônent la VIème République), mais sur le plan des femmes et des hommes qui font partis de la vie politique. Je suis de ceux qui pensent que le renouvellement des idées est essentiel pour assainir la vie démocratique de notre pays. Il faut des hommes neufs pour en proposer, les porter et les défendre.


Merci d’avoir pris du temps pour lire !



N’hésitez pas à réagir et à partager !



R.F